mercredi 31 août 2016

Vain de Rû : une bien agréable surprise !


Lorsque nous l'avions reçu il y a quelques mois, j'avais ouvert une bouteille de ce Vain de Rû 2015, et je l'avais bien apprécié. Je devais alors avoir un peu trop de fers sur le feu, et j'avais omis d'en parler (oui, je sais : je bois trop...). J'avais fini par l'oublier quand un ami à qui j'en avais vendu me signale un problème sur cette cuvée. J'oserais dire que je n'étais qu'à moitié surpris : il y a trois ans, nous avions eu un "souci" avec Montis Régalis du même producteur : réduit de chez réduit, avec une odeur limite repoussante. Et puis, quelques mois plus tard, il était redevenu "normal". C'est un peu le souci – aux yeux de certains, leur charme – avec les vins dits "vivants". Ils le sont pour de vrai et n'en font qu'à leur tête. 

Je m'attendais donc à vivre une expérience éprouvante en ouvrant une nouvelle bouteille de Vain de Rû 2015. Et je me voyais déjà en train de retirer momentanément la cuvée du site pour "problème technique", ou un truc de ce genre...  Et puis en fait, non. Pas de réduction ni d'odeur désagréable, bien au contraire : je passerai des heures à renifler des verres comme ça. En bouche, il y a un perlant un peu marqué, mais ce gaz carbonique qui protège le vin est rapidement éliminable par carafage ou "secouage". Bref, je le trouve très bien, ce vin. Et c'est pour cela que je vous en parle aujourd'hui.

La robe est d'un or prononcé pour un vin jeune élevé en cuve. 

Le nez est intense, entre pomme rôtie au four et tarte aux mirabelles (avec une pâte feuilletée au beurre), avec en arrière-plan des notes d'agrume confit et une pointe de gentiane. 

La bouche est ronde, riche, d'une moelleuse densité très "vendange tardive" – alors que le vin est annoncé à 11.5 % d'alcool, allez comprendre – mais elle est très bien équilibré par une fraîcheur tonique, renforcée par un léger perlant.

La finale est énergique, marquée par les fruits jaunes à noyaux : pêche jaune, reine-claude, mirabelle, avec l'amertume du noyau qui va avec, soulignée par une astringence salivante qui empêche de tomber dans la mollesse.