vendredi 21 juillet 2017

Oh, le joli Papillon !


Cela fait déjà quelques millésimes que nous recevons de ce Papillon d'Orphée. Je me demande si ce 2016 n'est pas le plus abouti de tous. Il faut dire que les producteurs de la région de Gaillac ont été très satisfaits de la météorologie de l'année dernière qui leur a apporté aussi bien une grande qualité qu'un bon rendement (ce ne fut hélas pas le cas dans beaucoup d'autres régions).  

Le Braucol (=Fer Servadou = Mansois) ne peut être l'unique cépage d'une cuvée de Gaillac. C'est pourquoi ce vin est en Côtes du Tarn, tout comme son grand frère, le Champ d'Orphée

Ce 2016 n'est clairement pas un vin de garde. Il n'est pas fait pour cela. Son seul objectif est de vous apporter un plaisir immédiat, et nul doute qu'il est rempli à 100 %, voire plus. Il  y aura sûrement des esprits chagrins qui le trouveront trop bon. Eh ben non, ce n'est jamais trop bon. 

La robe est pourpre translucide.

Le nez est d'une rare intensité, sur les fruits noirs (cassis, prunelle, sureau), le bourgeon de cassis et le poivre. Et puis cette signature ferreuse du Fer Servadou (s'appelle pas comme ça pour rien, hein...).

La bouche est ronde, pulpeuse, avec une chair veloutée, et surtout un p... de fruit comme j'ai rarement ressenti. C'est limite monstrueux, tout en gardant une grande fluidité/digestibilité. Il faut dire qu'il y a beaucoup de fraîcheur, et puis toujours ce côté minéral, version métallique (ce sacré fer... ) ou sanguine (ça parlera aux amateurs de viandes. Ou aux vampires. Ou tout simplement à ceux qui ont suçoté une plaie en train de saigner).

La finale est plus rustique que le reste, avec des tannins qui accrochent un peu. Mais c'est tellement canaille et fruité qu'on s'en f... un peu totalement. On termine sur le poivre "limite poivronné" qui nous rappelle que le Braucol fait partie de la famille du Cabernet. Et puis toujours ce fer, forcément. 

Ce vin n'est pas en soldes, mais à 7.90 €, c'est un joli cadeau !